Deux millions huit cent mille (2.800.000) francs CFA c’est la bagatelle somme qu’aurait, selon les élèves, détourné monsieur le proviseur du Lycée Mohamed MOAPA BEOTSA de Mékambo.

Le correspondant local de MMM a été approché par des élèves du lycée de Mékambo qui, visiblement en colère, accusent les responsables de leur établissement d’avoir détourné les fonds prévus pour l’établissement des cartes scolaires d’identité.

En effet, en début d’année scolaire le versement de la somme de 3000 francs CFA avait été exigé aux élèves par leur chef d’établissement. De cette somme, 1000 francs CFA devraient être reversés à l’Association des Parents d’Elève (APE) et 2000 francs CFA avaient été prévus pour l’établissement des cartes scolaires. Au total, le proviseur aurait perçu une somme de quatre millions deux cent mille (4.200.000) francs des 1400 élèves régulièrement inscrits au Lycée de Mékambo dont 2.800.000 francs CFA pour la confection des cartes scolaires  et  un million quatre cent mille (1.400.000) francs CFA pour alimenter la caisse de l’association des parents d’élèves (APE).

Si l’APE a effectivement reçu la somme qui lui était destinée, les élèves, eux, ne sont toujours pas rentrés en possession de leurs cartes d’identité scolaire alors que l’année scolaire tire vers sa fin. «Certains parmi nous sont dans l’incapacité de voyager faute de papiers. D’autres sont inquiets au moment où l’on s’approche des examens. S’ils ne peuvent pas nous aider qu’ils nous le disent et nous prendrons nos précautions. Ceci est une grosse arnaque» se sont indignés les élèves. La question reste donc entière: qu’est ce qui justifie cet état de fait?

Joint au téléphone par l’équipe de MMM, le vice-président de l’APE M. FADY YEBENE indique qu’il a été mis au courant de la situation mais l’APE ne s’est, pour l’instant, pas prononcé car n’ayant pas été saisie de manière formelle (sur la question) par  les élèves.

Willy MAHOYE le démarcheur chargé de la confection des cartes scolaires a, lui aussi, été contacté par l’équipe de MMM. Ce dernier reconnait avoir reçu du proviseur, en guise d’avance, «une modique somme» dont il préfère taire le montant. «Il avait été prévu, dans le cadre de notre contrat, que je sois en possession de la totalité des fonds (2.800.000 francs CFA ndlr) avant de lancer la confection des cartes. J’attends donc le reste» affirme Willy MAHOYE qui par ailleurs est un opérateur économique connu dans la localité.

Au moment où des mouvements d’humeur, aussi bien des enseignants que des élèves, sont signalés çà et là à travers le pays, le Préfet du département de la Zadié a aussitôt été mis au courant de cette situation qui pourrait, selon certains observateurs, être le point de départ d’un soulèvement au Lycée de Mékambo.

En vu donc de calmer les élèves qui menaceraient de descendre dans les rues, le Préfet a, aussitôt informé et de toute urgence, convoqué le premier responsable du Lycée. Willy MAHOYE a également été convié à cette réunion.

Interrogé par le préfet, le proviseur a reconnu les faits non sans indiquer que depuis le début de l’année, le Lycée de Mékambo n’a reçu aucun fond de la part du ministère de tutelle. Le proviseur a, selon ses dires, ainsi utilisé l’argent des élèves pour faire fonctionner le Lycée. Il s’en est donc servi pour faire face aux besoins élémentaires (papier, craie…) pour le bon fonctionnement d’un établissement scolaire tel que le Lycée de Mékambo. Pour «combler le trou», le proviseur dit compter sur la dotation annuelle du ministère de l’éducation nationale qui, semble-t-il, tarde à arriver.

Alors que certains estiment que le pays va bien, le proviseur du lycée Mohamed  MOAPA BEOTSA se donne ainsi tout le mal du monde pour équiper son établissement en matériel scolaire. Entre la colère des élèves et la négligence des gouvernants, M. le proviseur a fait un choix, de toute façon  «entre deux maux, il faut choisir le moindre»

L’APE, ne se prononce pas car elle prétend ne pas avoir été saisie par les élèves. Le proviseur attend des fonds, qui tardent à venir, de sa tutelle. Willy MAHOYE  qui a déjà perçu une avance dit attendre le reste pour lancer les travaux. Un statu quo qui met les élèves du Lycée de Mékambo dans tous leurs états. Ces derniers crient au détournement, à l’arnaque et menacent de se soulever.

L’Etat a plusieurs missions auprès des citoyens. Entre autre, il octroie aux départements ministériels, une partie de son budget pour le financement du fonctionnement des administrations. Si les déclarations du proviseur sont fondées, il serait difficile de ne pas comprendre son geste qui, en fin de compte, a bénéficié à tous.

Face à cette situation, tous les regards sont désormais tournés vers le ministère de l’éducation nationale qui gagnerait à désamorcer cette autre bombe à retardement qui pourrait exploser d’un moment à l’autre.

Nous y reviendrons.

https://i1.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2016/04/lucée.jpg?fit=300%2C169https://i1.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2016/04/lucée.jpg?resize=150%2C150mmmActualitéDeux millions huit cent mille (2.800.000) francs CFA c’est la bagatelle somme qu’aurait, selon les élèves, détourné monsieur le proviseur du Lycée Mohamed MOAPA BEOTSA de Mékambo. Le correspondant local de MMM a été approché par des élèves du lycée de Mékambo qui, visiblement en colère, accusent les responsables de...L'Autre Mékambo