Samedi 5 octobre dernier, dès le levé du jour,  alors que nous nous appretions pour venir à ton chevet, voilà que la grande faucheuse,  t’a emporté avec elle vers l’éternel.

Guy, pour une fois notre complicité a été rompue à jamais.  Oui Mon cher,  ce sont des milliers des parents, amis et connaissances que tu laisses inconsolables suite à ton décès. Le ciel de meroé s’ est assombri à l’annonce de la triste nouvelle de ta disparition.

Comment et avec quels mots consoler les fils du canton Mbengoue?  Voire de la zadié en général. Que dire à tes frères de Cuba et d’ingoualadjodjo? C’est difficile,  difficile parce que tu part au moment ou nous avons le plus besoin de toi. Tu a été une valeur sûre pour les tiens, un model pour les jeunes générations.

Rentré de France ou tu as passé une bonne partie de ta vie, tu as su concilier la culture occidentale et la culture africaine. C’est sans complexe et sans difficultés que tu as  intégré  le monde politique très tumultueux de mekambo.

Aux côtés des aînés et de beaucoup de tes petits frères,  tu situais ton action politique dans le sens du développement de la zadié.  Donc bien au delà des clivages politiques, ethniques ou linguistiques.
C’est ce qui amèna très vite à tes côtés,  plusieurs sympathisants pour te  soutenir. Homme calme, sans histoires, j’ai appris de toi, la rigueur,  la capacité d’écoute avant d’agir. Ce sont ces grandes valeurs qui guidaient l’homme MOATEKOUBA.

Ton physique imposant pour te faisait remarque partout où tu mettais les pieds. Mais dernière ce physique, se cachait un homme doux,  Un père, un grand frère (un bon grand). Homme très pondéré, tu aimais à me dire « à chaque que tu peux te taire quand c’est nécessaire,  fais le, parceque  tous ceux qui parlent ne sont pas toujours intéressants »

Tu m’as appris à être humble et altruiste.  Te voilà parti Mano!

Durant cinq années,  tu as mis du tien pour combattre la maladie.  Il était arrivé que nous nous réjouissons de ta victoire devant elle par moment.  Mais hélas,  cela n’a été qu’une victoire de courte durée.
Tes chers enfants, ton épouse,  tes frères et soeurs,  tes amis politiques etc retiendrons que le combat de la vie n’a pas été facile pour toi.

Mano, au moment ou tu vas retrouver nos aïeux,  je te garanti rendre réalisable certains de nos projets. Je respecterai ta volonté comme tu ne cessais de me le rappeler même dans nos dernières confidences. Ton vide sera certes difficile à combler pour moi, pour la famille, mais nous resterons toujours très attachés à toi.

Bâtisseur chevronné, tu t’en vas. Ton passage sur cette terre de vanité n’a pas vain. Par ces mots, je crois au repos de ton âme auprès du très haut. Guy serge, GSM,  De Moater,  le Père des enfants, Hangwa ndoma, Cher ami, Mano. Tu ne meurs pas, tu t’en vas.

Repos eternel

 

https://i1.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2016/11/guu.jpg?fit=448%2C318https://i1.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2016/11/guu.jpg?resize=235%2C164mmmCommuniquésSamedi 5 octobre dernier, dès le levé du jour,  alors que nous nous appretions pour venir à ton chevet, voilà que la grande faucheuse,  t'a emporté avec elle vers l'éternel. Guy, pour une fois notre complicité a été rompue à jamais.  Oui Mon cher,  ce sont des milliers des parents,...L'Autre Mékambo