Ayant récemment fait l’objet de graves allégations qui lui ont valu de passer quelques heures dans les locaux  de la Direction Générale du Renseignement, Joel Nkegna semble avoir décidé d’en découdre avec Frédérick Ntéra Etoua et ses parents dont Mefane M’Etoua et Abeng Etoua. Ces derniers seraient en effet les plaignants dans cette affaire. Ils accusent Joel Nkegna et d’autres collaborateurs du Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet d’avoir profané la tombe de leur père.

Joel Nkegna qui clame son innocence promet, dans une lettre musclée adressée à Frédérick Ntéra Etoua, « épuiser toutes les voies de droit » pour faire enfermer les diffamateurs de la famille des Etoua. La rédaction de Métandou Mia Mékambo s’est procurée une copie de cette lettre incendiaire dont voici le contenu:

Cliquez ici pour la version PDF de la lettre

A NTERA ETOUA Frédéric

Après ma brillante victoire face à toi au poste de membre du bureau politique du PDG lors du congrès provincial de Makokou (980 voix pour moi et 78 voix pour toi), il a germé dans ton esprit diabolique un plan visant à porter atteinte à mon honneur et à chercher à atteindre le Premier Ministre Emmanuel ISSOZE NGONDET. Les premières salves d’attaques ont été au lendemain de ton échec, des impolitesses sur des réseaux sociaux, des attaques ad personam à l’endroit du Premier Ministre. Tu m’y as nommément cité. Je n’ai pas répondu à cette première attaque par respect pour ces liens de sang qui nous unissent. J’ai consulté nos parents qui m’ont dit de laisser tomber.

Maintenant, comment donc comprendre qu’après cette victoire disais-je, je me retrouve mêlé à une histoire abracadabrantesque et ubuesque de profanation de tombes (celles de tes parents), avec une plainte de ta toxicomane et illettrée de sœur ABENG ETOUA et des messages sur les réseaux sociaux de ton laveur de fesses de frère (il lave les fesses des vieux en France), MEFANE M’ETOUA, annonçant ma convocation et mon arrestation à la Direction Générale du Renseignement (DGR), avant même que je ne m’y sois rendu. Avais-tu déjà prévu de nous faire enfermer en t’aidant de tes amis dans le renseignement ? Dans tous les cas, nous sommes encore dans un Etat de droit, nous avons été entendus et nous sommes sortis deux heures plus tard, libres, contrairement à ce que tu diffuses sur les réseaux sociaux. La ficelle est bien trop grosse pour faire avaler à tout le monde les affabulations d’un mauvais perdant, un être démoniaque, cynique, sadique au quotient intellectuel d’huitre ou même négatif. Il n’y a que certains gabonais avides d’histoires fantasmatiques pour croire que je suis aussi limité que toi et penser qu’on puisse déterrer, à Libreville, quelqu’un dans une tombe avec une dalle, dans un lieu éclairé et avec des habitations autour.

Il y a des choses que du fait de vos tares congénitales et vos morbidités mentales familiales, Vous ne pouvez pas comprendre. Le savoir et les connaissances sont un facteur de promotion sociale.

Je m’appelle NKEGNA Joël et je dénie à certains membres de ta famille et à toi-même le droit de parler de moi avec une telle familiarité comme si nous avions partagé des choses ensemble, en dehors des liens de parenté.

J’ai eu dans ma vie, un parcours scolaire, universitaire et professionnel exemplaire. Sur le plan universitaire, je suis détenteur d’une maîtrise de sciences économiques, option économie publique, ensuite je suis diplômé de l’Institut de l’Economie et des Finances (IEF), option Finances Publiques (22 Promotion). Enfin, j’ai suivi de nombreuses formations notamment au CESAG et à l’Ecole des Ponts et Chaussées (Paritech).

Sur le plan professionnel, je suis entré dans l’administration par concours et j’ai fait toutes mes classes de chargé d’Etudes de Direction à Conseiller. J’ai également une expérience professionnelle dans le secteur privé et dans les institutions internationales. J’ai à mon actif de nombreuses réformes qui portent ma plume ou sur lesquelles j’ai activement travaillé notamment au Ministère de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, au Ministère des Affaires Etrangères, à la CEMAC, à la CEEAC, à l’Union Africaine, à la Commission des Nations-Unies pour l’Afrique, au NEPAD et au G8 où je représentais l’Afrique dans le cadre du Partenariat pour l’Afrique. J’ai également contribué à l’élaboration de projets et à leur suivi, en partenariat avec de nombreux bailleurs de fonds et partenaires au développement (Bad, FED, Banque Mondiale, Unicef. Unesco etc). J’ai enfin travaillé, en tant que consultant dans de nombreuses études. Si tu veux, je peux te faire un CV détaillé de tout ce que j’ai pu mener dans ma vie.

De ce qui précède, est-il nécessaire de te dire que je n’ai pas besoin de creuser une tombe ou de transporter des glacières quand on est un haut cadre et fonctionnaire international ? J’ai une éthique, une dignité et une rémunération qui me permet de vivre décemment.

Toi qui est un pseudo-Conseiller du Chef de l’Etat et en même temps pseudo-Conseiller du Directeur Général de l’OPRAG, parle-nous de toi pour qu’on puisse un peu rigoler sur le désert, que disais-je, le néant, le vide sidéral intellectuel qui te caractérisent. Donne-nous les types de conseils que tu peux bien donner dans une structure comme l’OPRAG. De nombreux gabonais sont curieux de savoir ton apport concernant la transformation structurelle de notre économie. Si au moins tu avais eu le BEPC ou le BAC, on te prendrait au sérieux et les gens ne seraient pas autant amusés par tes interventions sur TéléAfrica, sans consistance, sans pertinence et dans un français qui laisserait songeur un enfant d’école primaire (retiens définitivement que ce ne sont pas les abus de néologisme dans une phrase qui donnent le sentiment de parler dans un registre de langues soutenu, il faut aussi veiller à la cohérence d’ensemble). Disons la vérité, tu as à tout cassé un niveau de 4 de premier cycle secondaire (que tu as fait à l’ESCAP pour le reste, tu as passé ton temps à sauter de classes). Tu as bénéficié de la magnanimité de feu Omar BONGO ONDIMBA à qui tu as fait signer un texte (article 21 portant promotion à titre exceptionnel) faisant de toi un « administrateur économique et financier » alors qu’en ces temps là tu étais photographe de métier. Je sursaute encore aujourd’hui lorsque dans des réunions publiques, tu te réclames de ce corps. Apprends une bonne fois pour toute que le corps des administrateurs économiques et financiers est régi par un texte particulier. Celui-ci stipule, expressis verbis, que l’entrée au corps est conditionnée par l’obtention du diplôme de l’IEF. Tu vois bien que malgré tes truanderies, tu ne peux te réclamer du même corps que MEYE BIKA, Jean Marie OGANDAGA, Hubert EMANE ESSIE … pour ne citer que ceux-là qui font honneur à ce corps.

Quand ton frère, ta sœur et toi-même osez formuler des accusations de profanation de tombes ou de glacières transportées, je ne sais pas si vous réfléchissez même (c’est vrai que c’est impossible quand on a un cerveau déficient). Vous avez une réputation établie de barbouzes et de meurtriers. Comment quelqu’un mis en liberté provisoire et en attente de son procès relatif au meurtre en 2009 de NGOUNG NSAH peut-il être crédible (tu as fait un an de prison pour ces faits) ? NGOUNG NSAH a été torturé, brulé, mutilé pour des raisons que toi seul peut expliquer. Avant de succomber à ses blessures, le malheureux s’est confié à la police en désignant nommément ses tortionnaires. Ça ce sont les faits, ceux-là que tu refuses de reconnaître, de façon constante, préférant travestir, en bon mythomane que tu es la réalité. Je ne sais pas si tu arrives à te regarder dans un miroir, si tu as une âme. Elle doit être tellement noire et crasse que même l’enfer ne voudra pas de toi.

Pour ce qui concerne ta cadette ABENG ETOUA qui est une parfaite illettrée. C’est quand à la mort de votre père feu ETOUAMEFANE, quand tu as fait ce discours surréaliste devant tous les parents, nous expliquant que ta cadette avait versé de l’eau bouillante sur Votre père avant sa mort, que j’ai compris que ta sœur est un être sans scrupule, malfaisant. Je ne vais donc pas m’étendre pour parler d’un être aussi insignifiant capable d’actes méprisables, abjects. Qu’elle sache que j’ai une vie rangée, je ne prends pas d’alcool, je ne fume pas et je ne sors pas dans la nuit. Je suis, comme tous les jours, au plus tard à 22 heures chez moi avec mes enfants. On appelle cela de l’éducation et ça a modelé ma vie. Étrangement, les tombes qui sont supposées avoir été creusées, ne le sont toujours pas jusqu’au jour d’aujourd’hui. Aurais-tu donc oublié de le faire toi-même avant de demander à ta sœur de porter plainte ?

Pour ce qui est de ton cadet le pseudo-opposant MEFANE M’ETOUA, marcheur en chef au Trocadero, j’ai encore sur mon compte Facebook ses confidences concernant vos connivences, vos escroqueries portant sur le procès des biens mal acquis, ses pleurs quand tu les as floués en empochant l’argent et enfin les accusations qu’il portait à ton endroit concernant le décès de votre oncle OBAME MEFANE, dans des conditions atroces. Lors de ces obsèques de votre propre père, MEFANE M’ETOUA a failli tuer de peu son propre oncle (feu OBAME MEFANE) devant toute la famille en lui lançant la pelle sur la tête. Heureusement cet ancien policier esquiva la pelle. Je ne sais même pas ce qui peut permettre à un serpent de ce type de me parler. Quand il aura cessé de laver les fesses des vieux occidentaux dans les hospices, il pourra à partir de là venir également au Gabon laver ceux de nos vieux à l’hôpital de gériatrie de Mélen. Ce sera sa contribution au développement de notre pays. Il m’a dit que les français ont pu lui délivrer un diplôme dans cette activité ! Vous connaissez la sensibilité des fesses des vieux occidentaux, il faut bien qu’il apprenne à utiliser du papier hygiénique.

Mon Cher NTERA ETOUA Frédéric, je ne viens pas à la politique par nécessité, par appas du gain ou par avidité comme toi. Je suis issu du milieu associatif et je pense que la politique doit permettre d’améliorer les conditions existentielles des populations. Depuis mes années universitaires, je m’investis dans le développement de la ruralité en essayant de faire vivre les villages, en partant de l’expérience de Ntang-Louli. Ainsi, je vais jusqu’à prendre des crédits à la BICIG (qui peut l’attester) pour réaliser des églises, réhabiliter des écoles, organiser des activités sociaux éducatives (compétition cantonale de football depuis dix ans, cross, concours culinaire, contes…), réparation des pompes d’hydraulique villageoise, soutien aux malades, don de débroussailleuses etc. Tu dois donc t’interroger sur le sens de ton engagement politique car il me semble qu’il est plus dirigé contre les autres au lieu de servir. Tes manœuvres d’un autre temps, ta mythomanie desservent le Chef d’Etat car elles confortent l’idée populaire selon laquelle tous ceux qui font de la politique sont des barbouzes comme toi. Ne viens pas tuer les ambitions de nombreux cadres qui voient dans mon ascension, la matérialisation d’un ascenseur social qui fonctionne encore. Reste dans le passé type !

Je ne fais pas de la politique pour moi, mais surtout pour apporter ma pierre à l’édifice de transformation de notre pays. Tout naturellement, je sais que ce sont des sujets qui te dépassent car trop complexes pour ton esprit étroit. Comment imaginer qu’un nullard puisse comprendre des sujets pourtant d’actualité comme la crise économique, les politiques de relance etc.

Je suis étonné devant autant de culot quand tu oses nommer ou attaquer ISSOZE NDONDET dans tes élucubrations. Est-il nécessaire de questionner la fidélité au Chef d’Etat de ce Monsieur ? Es-tu seulement capable d’arriver à sa cheville ? Si tu avais un pour cent (1%) de sa maitrise des questions politiques, économiques et diplomatiques de l’heure, je pense que tu mériterais ce poste de Ministre que tu convoites sans même reconnaître que tu n’as pas de niveau. Toi qui raconte à tout bout de champ qu’Ali est ton ami, est-ce que tu peux lui expliquer ce que fait ton frère cadet parmi les marcheurs du Trocadero ? Comment ça se fait qu’un Premier Ministre qui met en œuvre la politique du Chef de l’Etat, dans un contexte économique défavorable puisse autant être distrait par des gens qui se disent du PDG et proches du Chef de l’Etat ? Quand est-ce que notre parti va mettre en branle les sanctions qui s’imposent pour écarter ces comportements de barbouzes au service des intérêts exogènes ? Est-il normal que pendant que le parti opère sa mue afin de s’ouvrir à de nouveau talents, susciter des ambitions, attirer la jeunesse que des gens comme toi sapent cette vision en organisant des Vengeances mesquines et criminelles parce qu’ayant lamentablement échoué aux élections ? Je t’ai vu adopter cette attitude après ta défaite cuisante contre Alain Claude BILLIE BY NZE aux élections législatives de 2006 et là tu recommences après celle contre moi comme Membre du Bureau Politique. Il y a en réalité une nécessité d’exégèse, un dénominateur commun à tout ça que tu refuses de comprendre, tu ne représentes rien en Ogooué Ivindo.

Sur un dernier point, j’ai dans mon village Ntsengkelle (50 km de Makokou), une dizaine de tombes juste à côté de chez moi (tu le sais en plus). Aucune n’est profanée. Parmi ces tombes, Se trouve celle de mon grand-père, grand chef coutumier et grand chef de village. Je n’ai pas besoin de recourir à ces pratiques d’un autre temps (les gens de ton espèce restent aujourd’hui les seuls à croire que l’on peut prospérer en disposant des restes de quelqu’un) car il vit déjà en moi. Malgré son décès alors que je n’avais que 7 ans, il continue à inspirer ma vie. Je garde jalousement sa sagesse, sa connaissance de la famille, sa passion pour l’école (il savait lire et écrire aussi bien en français qu’en fang), la place forte qu’occupait la chrétienté dans sa vie. Si tu avais eu la chance de connaître comme moi cette proximité avec ton grand-père, nul besoin de pratiques mystico-fétichistes et ritualistes.

Sur cette affaire, ta famille et toi allez devoir me porter. Je vais épuiser toutes les voies de droit pour Vous faire enfermer. Si d’aventure ce genre d’attaques se répètent à mon endroit, ou si un des miens a le moindre bobo, tu comprendras que même là-bas à Akanda, dans cette maison dans laquelle tu dois 9 mois de loyer, tu ne pourras pas fuir. J’ai dans ma famille des gens qui peuvent te faire comprendre que ce Gabon appartient à tous et que si tu fais du mal à l’un d’entre nous, en envoyant des hommes de main, il n’y aura pour toi aucune cachette dans le cosmos, aucune barrière ou protection ne sera suffisante, tu peux me croire sur parole.

Sur ce, je te laisse à tes diableries en espérant ne plus vous voir écrire mon nom dans vos Saletés.

NKEGNA Joël

https://i2.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2017/12/Nkegna.jpg?fit=720%2C651https://i2.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2017/12/Nkegna.jpg?resize=235%2C164mmmActualitéLibre TribuneAyant récemment fait l'objet de graves allégations qui lui ont valu de passer quelques heures dans les locaux  de la Direction Générale du Renseignement, Joel Nkegna semble avoir décidé d'en découdre avec Frédérick Ntéra Etoua et ses parents dont Mefane M'Etoua et Abeng Etoua. Ces derniers seraient en effet...L'Autre Mékambo