«Tant qu’il y a la vie, il y a l’espoir», «chaque être humain est maitre de son destin». S’il existe un homme en parfaite adéquation avec ces dictons, c’est bien le jeune entrepreneur Olivier Jonas KASSANGOYE.

Ce natif de Mékambo est un sourd-muet dont le handicape n’a pu gêner l’ambition. Pendant que d’autres se seraient résignés à la dépendance et à la mendicité, Olivier Jonas KASSANGOYE a fait le choix de l’audace. En effet, n’ayant pas eu la chance de fréquenter une école de sourd-muet, le jeune mékambois, aussi connu sous le petit nom de KASS ou MABELE, décide d’apprendre un métier dans le tas.

C’est ainsi qu’il se rapproche de ACHEIK, un jeune expatrié tchadien qui exerce le métier de tailleur dans les Akébé. Ne pouvant rester insensible à la demande de ce jeune ambitieux, ACHEIK décide d’embaucher KAAS au sein de son atelier comme apprenti tailleur.

Au bout de deux ans de formation stricte mais abordée avec beaucoup de volonté et de courage, KAAS est devenu un tailleur aguerri. Son ambition ne saurait néanmoins s’arrêter chez ACHEIK. Il cherche désormais à s’installer à son propre compte. C’est ainsi que, grâce au  concours de sa famille et à une aide du ministère des affaires sociales, le jeune entrepreneur âgé seulement d’une trentaine d’année a ouvert « JONAS COUTURE», un atelier de couture situé au quartier Akébé Poteau dont il est l’unique propriétaire.

Acharné et rigoureux dans son travail, KASSANGOYE, a su s’imposer face à la concurrence: «Je suis bien installé et je gagne bien ma vie. Je souhaite néanmoins agrandir mon atelier pour offrir un meilleur service à mes clients. Dites aux mékambois de me venir en aide, non pas en me donnant de leur argent, mais en venant se faire coudre des habits dans mon atelier, ils doivent m’essayer, ils ne seront pas déçus et je me sentirais si fier d’être utile à la communauté. Bien sur que s’il y a également des bonne volontés qui voudraient m’aider à agrandir mon atelier, je ne refuserai pas» nous -a-t-il mimé.

«Malgré les revers personnels, nous avons une responsabilité sur notre propre destin.» disait Barack Obama. L’exemple d’Olivier Jonas KASSANGOYE devrait servir à ces jeunes mékambois qui traversent des moments difficiles et qui seraient tentés d’avoir recours à la facilité et aux pratiques immorales ou illégales pour tenter de s’en sortir.

https://i0.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2016/05/kass.jpg?fit=290%2C300https://i0.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2016/05/kass.jpg?resize=150%2C150mmmActualitéMékambois qui osent«Tant qu’il y a la vie, il y a l’espoir», «chaque être humain est maitre de son destin». S’il existe un homme en parfaite adéquation avec ces dictons, c’est bien le jeune entrepreneur Olivier Jonas KASSANGOYE. Ce natif de Mékambo est un sourd-muet dont le handicape n’a pu gêner l’ambition....L'Autre Mékambo