Le grave accident qui a endeuillé de nombreuses familles gabonaises la semaine dernière a également été une occasion pour les nombreux théoriciens de la blogosphère gabonaise et autres adeptes du buzz, de se mettre en avant.

La sortie du caricaturiste Pahé est celle qui a suscité le plus de réactions, parlons en donc ! Oui, parlons notamment du dangereux raccourci que voudraient prendre certains compatriotes en comparant la sortie déshumanisante de Pahe au journal français Charlie Hebdo.

Pour la petite histoire, le journal satirique français « Charlie Hebdo » avait, en 2006, repris des caricatures de Mahomet du quotidien danois « Jyllands-Posten ». Ces caricatures furent donc publiées en premier lieu dans un journal danois et cela avait déclenché une vague de condamnations aussi bien chez des religieux que chez certains politiciens et intellectuels partout dans le monde.

Des manifestations avaient aussi été organisées un peu partout à travers la planete, notamment dans les pays musulman. La reprise de ces caricatures en 2006 par Charlie Hebdo avait également suscité de l’indignation et provoqué de vives réactions sur le plan universel. Il est par conséquent clair que l’expression des caricatures en elle même avait été condamnée un peu partout à travers le monde.

Seulement, le 7 janvier 2015, un attentat perpétré, dans les locaux de Charlie Hebdo, par les frères Kouachi tue douze personnes, dont huit employés du journal satirique. À l’image de tous les actes de terrorisme, la barbarie des deux frères criminels a vivement été condamnée. Le monde entier, ainsi que nombreux de présidents africains se sont levés en guise de condamnation à cet acte terroriste pour la simple raison que la dignité humaine avait été bafouée ce jour, ce qui n’avait rien à voir avec un quelconque soutien aux caricatures du prophète Mahomet.

D’ailleurs, plusieurs personnalités qui s’étaient insurgées contre ces caricatures avaient condamné l’acte de terrorisme dont avait été victime le journal. Nos compatriotes devraient donc comprendre que le soutien à Charlie Hebdo n’a jamais été une adhésion à une quelconque caricature, mais plutôt un net rejet des actes de terreur comme moyen d’expression.

Parlant de caricature, il existe une différence entre une caricature d’une idéologie et la cruauté au bout du crayon qui est reprochée à Pahé par certains compatriotes. Charlie Hebdo n’aurait certainement pas le même écho s’il venait à faire des victimes d’une attaque terroriste, un objet de moquerie. A cet effet, peu semble se souvenir de la vague d’indignation qui avait déferlé sur le « je suis Charlie COULIBALY » et son auteur.

La fameuse liberté d’expression ne devrait donc pas nous faire perdre le bon sens. Il est évident que ceux qui disent ne pas être choqués par le barbecue humain de Pahé le seraient certainement si un des leurs se faisait ainsi braiser par un caricaturiste en manque d’inspiration. Ayons à l’esprit qu’en tant qu’êtres humains, il y a des choses qui n’arrivent pas qu’aux autres.

Ce qui pourrait être accepté sous d’autres cieux ne doit pas automatiquement l’être chez nous. Sur la base du simple fait qu’en Afrique, chez nous les Bantu, rien n’est autant noble et digne d’hommage que l’honneur dû à nos morts, sur cette base donc, les bouffonneries de Pahé ne devraient nous inspirer que du mepris.

https://i0.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2017/09/FB_IMG_1505753534916.jpg?fit=446%2C720https://i0.wp.com/metandou.com/wp-content/uploads/2017/09/FB_IMG_1505753534916.jpg?resize=235%2C164mmmActualitéLe grave accident qui a endeuillé de nombreuses familles gabonaises la semaine dernière a également été une occasion pour les nombreux théoriciens de la blogosphère gabonaise et autres adeptes du buzz, de se mettre en avant. La sortie du caricaturiste Pahé est celle qui a suscité le plus de réactions,...L'Autre Mékambo